« Émile Vanier » brille de 212800 watts !

« Émile Vanier » brille de 212800 watts !

220 « cap-quinziennes » et « cap-quinziens » ont eu la primeur de découvrir le nouveau stade Émile Vanier, pour leur deuxième rencontre de la saison 19/20.  Jeudi soir 10 octobre, sur le coup des 20 heures, les 152 projecteurs à leds de 1400 watts chacun ont craché toute leur puissance sous le regard ébaubi d’une lune « ovalisante ». Quand la lumière est venue, comme un éclair de chaleur, un waooooooo………… admiratif a électrisé les participants massés en haut des tribunes, enfin entièrement couvertes, avec sièges rouges et bleus aux couleurs de l’ASM. Pleins feux sur une pelouse magnifique, d’un vert fluo que personne n’ose fouler de peur de lui enlever sa virginité d’avant premier match, demain soir samedi 12 octobre. Face à Villefranche-sur-Saône les hommes du président Alain Piguet devront la labourer, l’écorner, la meurtrir.

En attendant avec un Émile Vanier new-look, dont la mise en lumière revient à la SMEE (Société Mâconnaise d’Entreprise Électrique) et à son PDG Laurent Clerc (voir notre interview) les « Bleus et Rouges » disposent d’un écrin à la hauteur des ambitions du club, la Pro D2 d’ici trois ou quatre ans. Motivés, motivés… d’autant plus que plusieurs rencontres de cette saison seront retransmises sur la chaîne de l’Équipe 21. Quant aux supporters, partenaires et spectateurs, les voilà dorénavant à l’abris des caprices du ciel. Tous les ingrédients sont donc réunis pour que la fête de l’ovalie commence.

Mais revenons à nos moutons, festif comme à l’habitude, ce rendez-vous au stade a permis également de découvrir la nouvelle ligne de Pamies Sport. Une collection homme et femme dirigée par Henri Cribel (voir notre interview) composée de chemises blanches classieuses, de polos, sweats et doudounes noirs sans manche qui a déjà rencontré un beau succès jeudi soir auprès des convives. Certains et certaines ont testé, une exclusivité, le très beau transat trois places griffé au nom de la soirée du Cap XV, signé Cervos Pub.

Toutes et tous se sont régalés, notamment avec la tarte aux pralines préparée par l’Aéro Café, la nouvelle brasserie de l’aérodrome de Mâcon. Faut dire que 10 ans « étoilé » avec son restaurant de l’Abergement-Clémenciat dans l’Ain, Christian Bidard (voir notre interview) détient un beau savoir-faire. Sans oublier enfin, l’équipe de Patrick Vezian (voir notre interview) de France Boissons pour désaltérer les palais, cette deuxième soirée de l’année fut dans la droite lignée des autres, que convivialité et partages.

 

Textes et photos : Jean-Philippe AURAY

Société Mâconnaise d’Entreprise Électrique

La SMEE met en lumière le stade

 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. 4 poteaux de 40 mètres de haut, chacun doté de 38 projecteurs à leds, représentant au total 152 projos d’une puissance de1400 watts, en résumé 212800 watts embrasent la pelouse de Champlevert. Une mise en lumière qui permet dorénavant de jouer en nocturne et surtout d’accueillir les caméras de la télévision. L’Équipe 21, forte des droits TV de retransmission des matches de Fédérale 1, se déplacera trois à quatre fois durant la saison. Mais les chiffres ne s’arrêtent pas là, 300 m3 de béton, 600 mètres de tranchées, 3 kilomètres de fourreaux, 23 de câbles, et plus de 2000 heures de travail pour aboutir à un résultat parfait. Patrick Couturier (voir ci-dessous) s’est chargé du grutage.

« Nous utilisons une nouvelle technologie de leds, explique le PDG de la SMEE, (35 salariés et 6 millions de chiffre d’affaires), Laurent Clerc à sa tête depuis 10 ans, qui nous permet de disposer de 6 niveaux d’éclairage, de 30 à 100 /%, 3 pour les matches, 3 pour les entrainements. Ces variations ne nuisent pas au coefficient d’uniformité d’illumination. En plus, nous pouvons jouer avec les faisceaux lumineux, disposant de quatre scénarios, par exemple avec des clignotements lors des essais. »

Spécialisée dans les réseaux électriques aériens et souterrains de moyenne et basse tension, la SMEE réalise pour la première fois un chantier d’une telle ampleur. Et pourtant ses aires de jeux vont de l’éclairage publique à la mise en valeur de bâtiments, en passant par les terrains de sport, tennis, foot, rugby, etc… et autres feux de circulation tricolores, contrôles d’accès aux parkings, etc. Et depuis peu, cette institution mâconnaise (1949) qui a connu des évolutions et changements, développe le photovoltaïque. « Je ne sais pas si nous aurons l’occasion de réaliser un autre projet de ce niveau-là, mais dans tous les cas il représente une belle carte de visite pour nous », conclut Laurent Clerc.

 

Brasserie Aéro Café

Le midi, mais pas que !

Prendre l’air et s’évader le temps d’un déjeuner dans une belle brasserie avec une cuisine faite maison, composée uniquement des produits frais, telle est la proposition de Christian Bidard le papa, Clément le fils et Christine la maman aux commandes de cet aéronef cloué au sol de l’aérodrome de Mâcon. Quatre ans ont été nécessaires pour que ce projet aboutisse et voit le jour. « La ville cherchait un professionnel pour tenir un établissement. Nous avons créé avec mon fils et mon épouse le fonds de commerce. Mâcon a investi dans le bâtiment. Nous sommes ouverts tous les midis, le soir uniquement les vendredis et samedis.  Notre cible principale porte vers les entreprises autour de l’aérodrome, mais pas que. Notre deuxième cap vise les avions. C’est dorénavant pour les pilotes un point de chute, au sens bien évidemment positif du terme ! Au-delà avec notre « Roof top », nous privations cet espace à l’étage pour les séminaires d’entreprises (jusqu’à 20 personnes), les groupes, les familles, etc. » Le dimanche midi l’Aéro Café propose un menu traditionnel pour les repas en famille ou entre amis à 25 €.

Propriétaire du Saint-Lazare à l’Abergement Clémenciat, fort d’une expérience d’une décennie « étoilé » par le guide rouge, tous les quinze jours les trois plats proposés au menu (16,80€) changent. « Nous ne voulons pas lasser, ni nos clients, ni nous. C’est le plaisir de la cuisine que de varier et innover ! »

Un nouveau lieu à découvrir absolument par tous les « cap-quinziennes » et « cap-quinziens ».

Brasserie Aéro Café. Aérodrome de Mâcon-Charnay. 465 chemin des Bruyères.71850 Charnay-lès-Mâcon. Tel 03 85 51 09 22. www.aerocafe.fr

France Boissons un partenariat pour 5 ans avec l’ASM

Patrick Vezian le chef de ventes de France Boissons se délecte d’être présent ce jeudi soir parmi les partenaires du Cap XV. Ancien joueur de l’ASM, il retrouve moult têtes connues. Alors souder un partenariat sur 5 ans avec le club de rugby de Mâcon ne peut que l’enchanter. « C’est toujours plus agréable de travailler dans un univers que l’on aime, qui nous est proche. Nous allons accompagner l’ASM jusqu’à la Pro D2, le but clairement annoncé par son président. Le groupe Heineken dont dépend France Boissons, présent dans plusieurs grands clubs, sait faire ce genre de partenariat. Je vous rappelle que nous étions derrière la première Coupe d’Europe de rugby qui portait notre nom. Nous serons donc aux côtés de l’équipe d’Alain Piguet. »

France Boissons livre les cafés, hôtels, restaurants en liquide en tous genres, eau, jus de fruits, spiritueux, etc. Développant sa présence lors d’événements sportifs, au niveau régional, en plus des « Bleus et Rouges » la société avance avec le Lou, Oyonnax, mais aussi dans le foot, le basket, etc.

France Boissons. 14 avenue Arsène. 01000 Bourg-en-Bresse. Tel 04 74 25 29 90. Mail «patrick.vezian@france-boissons.fr» www.france-boissons.fr

TMC Couturier une grue de 200 tonnes pour monter les 4 poteaux

Créée dans les années 60 par Roger Couturier, (disparu en septembre 2018 dans un accident de voiture en zone industrielle sud) l’éponyme entreprise de levage et de transports exceptionnelles s’érige en institution mâconnaise, au même titre que Pamies ou la SMEE. Aujourd’hui aux mains de son fils Patrick, un ancien joueur lui aussi de l’ASM, club auquel il reste très attaché, TMC Couturier rayonne dans l’Europe entière. Elle emploie une trentaine de personnes. Pour les travaux d’aménagement du stade elle s’est chargée de la mise en place des quatre pylônes électriques. « Nous avons utilisé une grue de 200 tonnes avec 80 mètres de flèche. Nous avons mis deux jours pour monter les quatre poteaux », explique souriant Patrick aux côtés de Maxime son fils sur les traces du grand-père et du papa pour que perdure l’entreprise familiale.

TMC Couturier. 325 rue des Frères Lumière. 71 000 Mâcon. Tel 03 85 34 17 94. www.transports-couturier.fr

Pamies un développement vers le sport

En 2012 Henri Cribel rachète Pamies Pro, une maison datant, excusez du peu, de 1879 ! Cet amoureux du sport n’a alors que 32 ans. Entrepreneur dans l’âme, battant il fait au bout de cinq ans le constat qu’aucun équipementier local sportif ne sévit sur la place mâconnaise.  Il crée alors Pamies Sport et prend son bâton de pèlerin pour démarcher les clubs de la région. Le concept prend. Au point que deux plus tard, bonne nouvelle, il se trouve aujourd’hui dans l’obligation de doubler la surface de son bâtiment, sis route de Juliénas au numéro 1088. « Un show-room sera mis à la disposition des clubs que nous équipons aussi bien sur le terrain, les joueurs, qu’en dehors, les dirigeants, les supporters, les partenaires. Nous travaillons bien évidemment uniquement à la carte, suivant les cahiers des charges de nos clients ou de ceux des fédérations. Il nous arrive parfois d’être dans l’obligation de faire valider nos vêtements par certaines d’entre-elles. Pour revenir à l’ASM nous avons travaillé ensemble sur un nouveau look. »

Trois personnes sont attachées à l’unité Pamies Sport, contre 9 à l’entité Pro. Cette dernière fournit tous les travailleurs de tous les secteurs, bâtiment, industrie, collectivités, hôtellerie, restauration, cafetiers, etc. Si Henri Cribel commercialise ses produits en Saône-et-Loire, Ain et Côte d’Or, il reste en revanche pour la branche sport lié aux clubs de sa région.

Pamies Pro et Pamies Sport. 1088 Route de Juliénas. 71000 Mâcon. Tel 03 85 38 41 84. « pamies.pro@orange.fr » et www.pamiespro.fr